Close

Le métier d’élagueur ne consiste pas simplement à grimper dans les arbres pour couper des branches. C’est un métier à risque qui nécessite la maitrise des techniques de grimpe et de déplacement, mais aussi de bonnes connaissances de la biologie de l’arbre. C’est pourquoi j’ai suivit une formation complète, pour travailler en sécurité et dans le respect de l’arbre.

Quelques mots sur les arbres

La photosynthèse

les arbres produisent leur nourriture grâce à la photosynthèse, c’est pour cette raison qu’il est important de ne pas supprimer une trop grande surface foliaire lors de la taille, car cela aura pour conséquence de stresser l’arbre et de l’affaiblir. C’est aussi à travers ses feuilles que l’arbre respire et transpire.

Le système racinaire

les arbres captent l’eau et les minéraux nécessaires à leur développement par leur système racinaire et avec l’aide de champignons (mycorhizes). Les blessures de racines ou un sol trop compacte peuvent avoir des conséquences dramatiques pour l’arbre.

La sève

c’est à travers elle que circule les éléments nécessaire à la vie de l’arbre (minéraux, sucre, gaz…). Elle circule sous l’écorce des racines aux feuilles.

Les barrières

un arbre ne cicatrise pas, contrairement à nous il n’est pas capable de recréer des tissus endommagés. Pour se protéger des attaques il met en place des barrières dont la plus efficace est le cale de recouvrement. Souvent appelé à tord bourrelai cicatriciel.

Cycle biologique

Au printemps les arbres se réveillent et leurs bourgeons vont produire (entre autre) de nouvelles feuilles, c’est le débourrement. Pendant cette phase l’arbre mobilise la majeur parti de ses ressources, il est donc très sensible et il est préférable de limiter les interventions.

En été ses feuilles se sont développées, c’est une période propice à la taille. On réalise ce que l’on appel la taille en vert.

 

A l’automne ses feuilles commencent à tomber, il est temps pour lui de faire des réserves. Il est en descente de sève pour emmagasiner l’énergie dont il aura besoin au printemps. Il est préférable de le laisser perdre toutes ses feuilles avant d’intervenir.

En hiver il est en phase de repos végétatif, la taille peut donc se faire sans risquer de le perturber.

Les risques d’une mauvaise taille

couper des sections trop grosses, retirer une quantité trop importante de branches, un étêtage, des déchirures, de mauvais angles de coupes, tailler un arbre déjà affaiblit, durant une mauvaise période… Tous ces éléments ne sont pas sans conséquences pour l’arbre et l’issue peut lui être fatale.

Intervenir sans réaliser un diagnostique et sans respecter certaines règles peut affaiblir de manière importante un arbre, entrainer l’apparition de pourritures, le rendre vulnérable aux attaques (insectes, champignons, bactéries…) et en faire un arbre dangereux.

Idées reçues

L’apparition de rejets vigoureux n’est pas un signe de bonne santé, mais une réaction à un stress, notamment après une taille radicale.

Un arbre penché n’est pas forcément synonyme de danger. Si ce penchant est naturel il aura développé un bois de réaction ou bois de contrainte pour compenser ce déséquilibre. Il ne sera donc pas plus dangereux qu’un arbre droit. Le signe qui indique un penchant non naturel est un soulèvement du sol au niveau des racines. Un terrain détrempé, et où des vents forts en sont souvent la cause et une intervention est nécessaire.

Les mastiques « cicatrisants » peuvent entraver le recouvrement des plaies et devenir des nids à parasites. Il est donc préférable de ne rien appliquer sur une plaie.

L’arbre et la Loi

Les distances de plantation, les nuisances, la proximité de lignes ERDF… sont règlementés par la loi.

Vous pouvez faire appel à un élagueur pour vous renseigner et consulter le site officiel de l’administration française : Service-Public.fr

Go top